Laurent Craste

La recherche de Laurent Craste est centrée sur l’exploration conceptuelle des multiples strates de signification des objets décoratifs, dans leurs dimensions sociologiques et historiques, mais également idéologiques et esthétiques. Cette approche s’incarne dans une réappropriation des archétypes historiques de la céramique qu’il emploie comme matériau pour remettre en question le statut de l’objet de collection qu’il considère comme un révélateur social, un « porteur de signe ».

 

Lire la suite »

Puisant à même le répertoire des modèles originaux des grandes manufactures européennes de porcelaine des XVIIIe et XIXe siècles, Craste soumet ces objets à une pratique de déconstruction et d’altération violente de leurs structures formelles à travers des actes de vandalisme ou procède à un détournement subversif des motifs décoratifs traditionnels. C’est donc au statut de l’objet d’art considéré comme objet de luxe de même qu’à la position des arts décoratifs comme art de classe que les œuvres de Laurent Craste réfèrent. Questionnant les valeurs historiques, sociales, politiques et esthétiques de l’objet décoratif, son travail révèle également un rapport personnel à l’objet aussi intense qu’ambigu.


D’origine française, Laurent Craste vit et travaille à Montréal depuis plus de 25 ans. Céramiste de formation, il est titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Il a participé à plus de 60 expositions collectives au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie et a également présenté une douzaine d’expositions personnelles notamment au Musée des beaux-arts de Montréal, à la Tom Thomson Art Gallery (ON), à l’Art Gallery of Burlington (ON), au Peter’s Project (NM, É.-U.), au Museum of Moving Image (NY, É.-U.) de même qu’à la Cité de la mode et du design (Paris, FR). Au cours de ses 20 ans de carrière, il a reçu de nombreux prix et distinctions dont le Prix Jean-Marie Gauvreau (2016) et le Prix Winifred Shantz (2002). Ses œuvres font partie de nombreuses collections institutionnelles dont celle du Musée des beaux-arts de Montréal, de la Collection du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada, de la Tom Thomson Art Gallery, de l’Art Gallery of Burlington, du Musée Bertrand de même que de collections d’entreprises et privées dont Loto-Québec, le Cirque du Soleil, Claridge et la collection Majudia.

Réduire »

 

 

Recevoir la liste de prix